La côte sauvage et les grottes du Pouliguen

Découvrez la côte sauvage du Pouliguen, également appelée Grande Côte, son sentier des douaniers, sa piste cyclable, ses criques et grottes curieuses.
  • Photos
 La Côte sauvage et ses grottes La Côte sauvage et ses grottes
10 photos

La Côte sauvage et ses grottes

De la Pointe de Penchâteau à la Baie du Scall, la Grande Côte vous invite à la rencontre d’un espace naturel et protégé, où vous découvrirez ses baies, ses grottes et ses criques sauvages.


A pied ou à vélo …

Accessible à tous, le sentier des douaniers qui borde la falaise vous offre un spectacle grandiose et toujours changeant, selon le rythme des marées. Mettez vos sens à l’écoute et laissez-vous bercer par la douceur du site…
Pour varier les plaisirs, les amoureux de bicyclette trouveront également leur bonheur en empruntant la piste cyclable : une vue panoramique à vous couper le souffle.
Au terme de la piste, dirigez-vous vers l’avenue Moreau qui vous permettra de rejoindre l’un des circuits Vélocéan et de continuer votre escapade vers Batz-sur-Mer.
Vélocéan est un itinéraire à l’initiative du Conseil Général de Loire Atlantique, destiné à relier par voies cyclables les départements de la Vendée et du Morbihan, en passant par la Loire-Atlantique.

 

Les grottes

Les amateurs de pittoresque pourront circuler, à marée basse, au pied et le long des escarpements, sur la grève humide.
Vingt-trois grottes façonnées par l’érosion longent la côte, quelques unes de forme curieuse, comme Le Rocher des « Corbeaux » près de Pierre Plate qui représente une énorme masse granitique entourée par la mer à chaque marée.
La Grande Côte est à pic sauf, à mi-chemin, Pierre Plate, rocher d’assez grande étendue descendant en pente douce de la falaise à la mer. Cette pointe avancée est divisée en trois parties par deux énormes rainures présentant chacune, à marée haute, un phénomène différent. L’une des crevasses est très étroite et mène partiellement à l’intérieur du rocher : à mi-marée, le flot y pénètre et y gronde comme un tonnerre assourdi. On la nomme « La Pétouse » ou « Trou du Diable ».
A l’entrée de la baie du Sphinx, la Grotte des Jumelles est, de toutes, la plus intéressante car la plus curieuse et pittoresque : on y accède par deux passages en forme de couloirs. Entre les ouvertures des Jumelles, la Cathédrale mérite également d’être remarquée. A l’entrée de cette grotte, la partie supérieure du rocher présente un mélange rose et vert pâle du plus heureux effet, et à l’intérieur les parois sont tachetées de traînées rouges.
La baie du Sphinx doit son nom à un rocher rappelant vaguement la forme de ce monstre, dont la partie représentant la tête s’est malheureusement détachée du bloc depuis plusieurs années. A côté se trouve la Grotte du Sphinx.
 
 

La grotte des Korrigans

De toutes les grottes, la plus célèbre reste celle des « Korrigans ». Depuis qu’on y a ouvert une fente latérale, elle est accessible par son escalier aux degrés espacés. Avant qu’on y eut percé le passage de sécurité, de célèbres personnages en vacances faillirent y rester bloqués lors d’un pique-nique. Ils avaient oublié que la marée montait.
Selon la légende, cette grotte était fréquentée par les korrigans, petits êtres noirs et vifs, se livrant la nuit à de mystérieuses occupations. Ils s’asseyaient parfois au foyer des gens du voisinage, rendaient des services ou se vengeaient malicieusement des tours qu’on leur jouait. Sur une parole, la paroi magique de la grotte s’ouvrait et laissait voir d’éblouissants trésors. Il aurait existé au fond de cette grotte, un conduit souterrain se prolongeant jusqu’à Guérande et dans lequel le Korrigan faisait disparaître les personnes assez téméraires pour oser pénétrer dans son domaine.




Plus d'infos La Côte sauvage et ses grottes


Share